[MINI TUTO] Ajouter une sortie TRRS à une NES

Impressions, Tutoriaux

<<Tuto court, incomplet et mineur en dessous!>>

J’aime la NES. Même autant que la SNES, console qui à marqué à jamais ma vie (et qui me marque toujours autant). Mais, la NES française à un atout qui au final n’apporte aucun avantage, si ce n’est même donner que des inconvénients: la sortie vidéo. En effet, il s’agit d’une sortie RGB, mais convertie et parasitée pour avoir un résultat impardonnable à l’écran: C’est sale, et pire qu’en composite, et aucun moyen d’enregistrer l’écran via un PVR. Ca fait mal. On a les pires NES du Monde, c’est fait, c’est dit.

Il y a des années de cela, j’avais fait une sortie un moment TRRS sur cette NES; sauf que le shield inférieur de la console empêchait la console d’être remise en place. En effet, le connecteur était bien trop long, et faisait contact avec ce dernier, rendant l’image inutilisable. Et j’aime pas ne pas avoir une console mal remise. 🙁

Donc je me suis acheté une sortie 4 pole de la marque eSt Japan, afin de voir si j’avais enfin un moyen de remonter une bonne fois pour toute ma NES dans de meilleures conditions pour elle. On démonte la console avec un gros tournevis cruciforme, et on a enfin ses entrailles.

Cependant, aucune info de quel tige fonctionnait avec mon câble, et j’avoue qu’avec un seul en ma possession, je pouvais pas me permettre de le couper pour savoir où va tel ou tel tige. J’ai de ce fait passé 2 jours entier à chercher, souder, dessouder quelles tiges fonctionnaient avec ce dit connecteur. Soit l’image ne passait jamais, où il y avait toujours un énorme parasite, chose qui n’était pas normal.

Au final, j’ai enfin trouvé (du moins dans ma configuration) où allait ces tiges. Elle peut varier si votre câble n’est pas aux normes (comme avec un Raspberry Pi par exemple)

Une fois trouvés, c’est l’heure d’implanter mon connecteur dans la console. Et petite surprise: le diamètre de mon ancien connecteur était légèrement plus grand que le nouveau. Résultat, il a fallu un peu de SuperGlue 3 pour le coller une bonne fois pour toute. C’est vraiment pas le meilleur résultat au niveau du visuel, mais ça fait bien son boulot.

Bref, on remet le shield inférieur, c’est parfait! Plus qu’à faire les soudures! Privilégiez des câbles courts pour fluidifier au maximum la transmission et la qualité d’image. Pour la sortie vidéo, n’oubliez pas d’ajouter une résistance de 47 Ohm (ou une entre 47 et 100, le résultat peut différer)! n’oubliez pas de mettre une gaine thermorétractable entre la résistance et le câble, pour éviter toute interférence.

Une fois remonté, on refait les tests, et voir si tout est OK. Et ça marche!

Résultat en vidéo (sur LE Tortues Ninja 😀 ):

… Et me dites pas que j’ai un mauvais goût dans le choix de ces jeux. Sinon je vous pond du Chevaliers du Zodiaque la prochaine fois 🙂

C’est l’heure de switcher! | Switch

Impressions

ENFIN! Après des mois d’attente, après eu cette folie de la pré-commander (et qu’on m’a rabâché de ne PAS la prendre à sa sortie), je l’ai reçue, elle est chez moi, tout est prêt, AAAAAAAAAAAH! 😀

Quoi? Vous ne savez pas ce que j’ai pu avoir? Rooh. Vous savez gâcher le fun, vous. En même temps, c’est vrai que je tease, je tease, mais je ne donne vraiment aucune indication réelle de l’objet en question: juste des micro-indices même pas perceptibles par l’oeil humain. Dois-je VRAIMENT vous le préciser? 🙁

… Ok. Très bien. Alors, permettez moi de vous présenter la Switch. Déja vendue à 105 000 exemplaires en France; battant celles de la Wii, de la PS4! :O

LA SWIIIITCH!!!

C’est magnifique, n’est-ce pas? Encore une nouvelle console, juste après la CD-i, ainsi qu’une nouvelle télé. Vous savez ce que ça veut dire, pas vrai? Que je viens de perdre la moitié de mon salaire (enfin non… C’est totalement faux 8) )

Je dis ça avec quelques fous rires, mais j’étais vraiment plus que hypé, d’autant que la console m’a fait tellement rêver après avoir pu la tester quelques jours avant sa sortie officielle… Certains peuvent dire que c’est une Wii U v2 (ce qui peut être vrai, du moins dans un des designs), d’autres comme étant la nouvelle console portable de Nintendo (ce qui est aussi vrai), d’autres comme un nouveau retard de Nintendo dans la lutte des consoles (pour ce point, je peux rien dire; Nintendo m’a fait bien plus voyager et délirer ces 3 dernières années que les dernières exclus PS3/4 de jeux existants. D’ailleurs, j’attends toujours un titre PS4 tiens. Toutes les consoles se valent, hein.) … Mais on s’en fout, la console est avant tout faite pour être encore une fois, innovante! Et ils ont une nouvelle fois réussi le défi, en proposant une console familiale, portable, et qui bouge.

Le Matos/Techos

Passons vite fait sur les détails techniques de la console, et le contenu de la boite. Avant toute chose, la Switch possède 32gb de stockage interne, stockage qu’on peut rajouter d’une MicroSD jusqu’à 2To, suivi d’un écran tactile résistif de 6.2 pouces géré sur du Nvidia Tegra (qui m’avait étonné à premier lieu, vu l’histoire d’amour entre Nintendo et ATi/AMD depuis le GameCube), et rechargeable sur du USB Type-C (ce qui change des prises propriétaires – mon OnePlus 2 est désormais content). On possède aussi une paire de JoyCon néon (ou noir, selon le modèle), suivi de leurs dragonnes (noires quelque soit le modèle choisi…) et d’un adaptateur pour jouer dans le salon, d’un câble HDMI, d’une prise d’alimentation, d’un Dock pour le brancher sur la télé. Après, le reste est classique d’une tablette actuelle: accéléromètre, WiFi, son stéréo, capteur de luminosité, j’en passe et des meilleures…

La bête est lancée.

D’ailleurs, discutons des JoyCons… C’est une peur que j’avais toujours eu lors de mon premier test, car une petite console nécessite de petites mains, en plus des placement des touches différentes d’une manette à l’autre. A ma grande surprise, j’ai eu tout faux. Car au final, quelque soit la manette choisie, on ne ressent pas vraiment la différence au niveau des placements des mains. Ils restent agréables, même si on se sent perdu avec le changement de la croix directionnelle (on sent le puriste que je suis) qui espace bien les boutons, ainsi que le changement du joystick droit en configuration GamePad (Merci la Wii U!), qui refait directement penser au Gamecube. Bon, ce choix a été fait pour faciliter l’accessibilité à plusieurs, vu qu’on possède à l’achat 2 manettes (1 JoyCon de chaque). Le fun à plusieurs sans forcément rester chez soi! Par contre… En configuration manette de salon, aucun moyen de les recharger en cas de besoin… Et ça, c’est une (très) mauvaise idée. Obligé d’acheter un adaptateur à 30€ pour pouvoir le faire.

Les JoyCon et ses dragonnes. Ah, et remarquez aussi la différence entre les 2 adaptateurs de salon 😮

Petit point final, j’ai entendu dire sur Twitter que des défauts de conceptions pouvaient être présents au niveau du Dock de la console, rayant l’écran ou encore la coque de la tablette. Je ne saurais confirmer, mais je n’ai aucunement ces problèmes pour l’instant. Ouf 🙂 . Si Nintendo avait quelque chose à ce sujet, et si il y a une éventuelle solution face à ce problème éventuel de conception, je suis toute ouïe.

L’OS

Nouveau changement pour le système de Nintendo. Enfin… Si on peut appeler ça un changement. L’interface ressemble à celle de la DSi/3DS, c’est à dire avec tout dans une seule rangée. Et elle n’est limitée à qu’à 12 applications. Choix bizarre, ou sera il augmenté lors d’une future mise à jour?

Le menu de la Switch. Simple. Sobre.

Ensuite, juste en dessous se trouve d’autres applications: « Nouveautés » où se trouvent les infos de la console, ou encore diverses astuces sur comment bien l’utiliser; suivi de l’eShop, l’Album, qui référence tous les captures d’écran que vous avez pris avec le petit bouton carré sur le JoyCon gauche, la réorganisation des manettes, les paramètres (que je n’expliquerai pas, vu qu’il ressemble beaucoup à une interface Android), et le mode veille. C’est basique, mais plus c’est simple, mieux c’est. Notamment pour le joueur lambda qui n’a pas envie de se trifouiller la tête pour désactiver le WiFi.

L’album. Zelda BotW est si coloré ♥

Ah, et vous avez vu la petite icône en haut à gauche? On peut aussi ajouter des utilisateurs! Bon, on reprend le système de la Wii U en remplaçant à 50% les Mii, mais quand même. En y repensant, Nintendo devrait éviter de demander quel utilisateur lance tel application, surtout quand on ne possède qu’un seul compte sur la console (enfin, cela dépend de quel jeu aussi, et dans quelles circonstances)… Gros point positif suite à cette fonctionnalité: on peut se créer un compte d’une autre région, afin d’accéder à l’eShop japonais ET américain!

Mon Code ami, qui ne servira à rien, comme c’est mutuel 😀

Ma grosse déception fut au niveau du fond sonore: en effet, il n’y en a aucun. Le vide. Le silence. Excepté lorsqu’on change de menu, un petit jingle rigolo retentit. Mais rien de bien gros… Le GC, la Wii et la Wii U possédait au moins un son d’ambiance quand même 🙁 ! D’ailleurs, même Zelda: BotW n’en possède pas dans le menu principal… Choix étrange.

Enfin, l’idée du online payant. Beaucoup en ont parlé lors de l’annonce, et j’ai aussi difficilement digéré la pilule. Déjà la PS4, maintenant eux… Fort heureusement, ce service ne sera actif qu’en Octobre 2017. En attendant, Mario Kart 8 Deluxe, Splatoon 2 et bien d’autres jeux seront jouable en ligne, et c’est déjà un petit truc (comme si on était leurs stress tests… Mais le prix sera bien moins élevé que les deux autres concurrents. 30€ pour l’année serait fortement le pied, comparé aux 60€ de la PS4/XB1.

M’enfin, passé outre ces points, je reste plus qu’intéressé de cette Switch. Beaucoup de jeux attendus dans l’année, et depuis peu, l’achat de Fast RMX (clone de WipeOut avec la vitesse F-Zero, d’ailleurs la voix off provient de celui qui a fait ceux de F-Zero GX ; coïncidence? JE NE CROIS PAS), et de Snipperclips, jeu rigolo a 2/4 joueurs dont le but est de résoudre des puzzles en se découpant les uns les autres, me font passer un excellent moment devant la console. Reste à voir comment la console va être perçue par les joueurs. Pour être franc, il m’a redonné espoir en Nintendo, peu après le flop de la Wii U. Auront-ils compris leurs erreurs, et leur choix réel du public?

Fast RMX. Que c’est rapide, que c’est BEAU!

Over…Views sur OverWatch

Non classé, YouTube

A la manière des overviews sur DooM 2, je me suis amusé à refaire des overviews de maps, mais cette fois-ci sur OverWatch. En voici un exemple, sur Hanamura.

Je me suis aussi amusé à réaliser une compilation d’overviews utilisable pour les streams compétitifs. Je la laisse sous licence Creative Commons.

Vidéo:

https://drive.google.com/file/d/0B8NOwl0yOYlrQ3hoZFhJeWlPb0E/view?usp=sharing

Le Sniper ne rencontre jamais ses cibles…

YouTube

Dans le style « je joue à un jeu vidéo pour apprécier les problèmes graphiques », voici Sniper Ghost Warrior 2. Attention, résultat surprenant inside!

Comme vous l’avez remarqué, le jeu n’est pas fonctionnel du tout dans cet état, loin de la! Au contraire, une farandole de glitchs se lancent les uns après les autres… Modèles tous invisibles (excepté les armes), vues FPS qui font n’importe quoi , modèles qui se placent dans les skyboxes, ou autres bizarreries dans le genre… Au début, on trouve le résultat fortement drôle, mais au bout de quelques minutes, le gameplay est complètement perdu, on se demande ce qu’on fait ici… Et on se le désinstalle/demande un remboursement vite fait bien fait (sauf si on est super sadique, et qu’on souhaite finir un jeu où seul le talent compte 😀 ) .

Je me demande vraiment si City Interactive ne détruit pas les moteurs qu’ils se paient avant de sortir un jeu aussi amateur que basique. Des snipers, du vent, un bullet cam… Quelques shaders, des scripts, un soupçon de voice acting (bien bidon) et… c’est tout? SURTOUT quand le Cry Engine 3 est utilisé. De plus, le 1er opus possède un glitch graphique, qui inverse l’écran dans les menus, certaines cinématiques, ou même ingame! Autant se dire qu’à la vue du 3eme opus, j’ai vraiment peur…

Pour en revenir sur SGW2, le souci en réalité se trouve dans le rendu du jeu. Jouer en DirectX9 sous Windows 10 fait buguer fortement le jeu. Sous DirectX11, en revanche, aucun problème.

Platine obtenu sur Ratchet & Clank: QForce!

Non classé

Petit moment plaisant aujourd’hui: un platine récupéré sur Ratchet & Clank: QForce!

Un moment qu’on se souviendra fortement avec DAN sera ces 112 miles en course et ces 2.6miles en planage… Tout ce temps perdu, et c’est le succès le plus long que j’ai jamais connu de ma vie de joueur… Mais nous avons quand même réussi \o/ !

Allez, prochaine étape, le speedrun. En 55 minutes, je suis sur qu’il peut être terminé en Co-Op.

Je me lance dans Infinite Warfare! | Ch0wW

Let's Play, YouTube

Depuis la sortie du dernier Call of Duty: Infinite Warfare sur PC, j’ai passé une nuit complète à y jouer, et à l’adorer. Pas parce que c’est une tradition de se faire chaque année les solo des Call Of, mais juste car cet épisode à quelque chose de bien différent des autres, une histoire plus… Émotionnelle au niveau des personnages du titre, qu’il fallait que je fasse un Let’s play tôt ou tard.

En tout cas, voici le lien de playlist du solo d’Infinite Warfare, qui sera mis à jour progressivement!

(Petit cadeau: jusqu’au 12/11/2016, je vous met un épisode par jour!)

Premiers ressentis dans le Shoutcasting

Impressions

J’ai toujours été étonné des gens qui shoutcastent (terme qui a été utilisé grâce a Shoutcast, application par la même équipe que Winamp) leurs jeux favoris. J’ai déja essayé d’écouter des parties commentées par DjWheat sur Quake, et j’en reviens pas. Car à l’époque où les débits étaient assez faibles comparés à nos jours, seul l’audio était disponible (et la façon de voir était de se connecter par un HLTV, or QTV, et de se synchroniser avec les commentateurs).

Aujourd’hui, les possibilités deviennent de plus en plus nombreuses, avec entre autres le streaming sur des services comme Twitch.

C’est pour ça que j’ai essayé de me lancer dans l’aventure, avec QuakeWorld pour débuter. Et je vais raconter mes premiers ressentis, ma petite expérience.

 

Un début réfléchi

Tout d’abord, pourquoi j’ai choisi QuakeWorld? Car Quake reste mon jeu compétitif par excellence, notamment pour le 1 contre 1, et c’est aussi un défi personnel pour se consacrer que sur le dialogue. De plus, au moment où j’ai commencé cette expérience, la Thunderdome a débuté. Une bonne raison de mettre la main à la pâte.

Avant de débuter même le stream, je me suis préparé le matériel, et le contenu du stream: plans + associations à des touches de mon clavier, plans sonores, lumières, et ma tablette pour obtenir les commentaires de Twitch en temps réel (le nombre de personnes en temps réel n’est pas présent comparé à la version mobile: bug ou oubli?), et aussi informations sur le tournoi/joueurs, et leurs divisions. Moins j’oublie, et plus professionnel c’est. Et les viewers remarquent vite quand la préparation est propre ou non.

On se sent prêt avec du matériel.

On se sent prêt avec du matériel.

Quand j’ai lancé le stream, j’ai ressenti un stress assez incessant: on ne se sent pas prêt, on tremble, on perd ses mots, même en off-scene, et la non-présence d’un co-casteur rend la tâche encore plus angoissante. Même si derrière, on sait que ça reste une séance test, on n’arrive pas à rester calme à parler devant un public bien installé dans son canapé.

Et le moment de vérité commence. Ci-dessous, 2 matchs commentés durant la même nuit. J’ai lancé mes commentaires de matchs en français, car je pense qu’il vaut débuter dans sa langue natale, avant de se porter dans une autre langue.

Rien qu’à revoir les vidéos, je remarque beaucoup de problèmes. Les plans ne sont pas fluides (car il s’agit d’une action supplémentaire, même si certains jeux possèdent d’office un auto-director), les commentaires ne sont pas diversifiés (rendant les descriptions basiques), les temps-morts étaient assez réguliers, et le stress me montait tellement à la tête, qu’il m’est arrivé de bailler involontairement pendant plusieurs reprises (suite à un manque de sommeil? Aucune idée). Cependant, les viewers restaient satisfait du stream, d’avoir vu des matchs commentés, même si ils ne comprenaient pas/peu le français. Environ 6 viewers étaient constamment présents, et plusieurs membres sur Quakenet ont présenté le stream de leur gré.

J’ai très vite noté sur un bloc notes tout ce qui n’allait pas selon moi à la fin du stream pour m’améliorer.

Comprendre ses erreurs

Le lendemain, j’ai commencé à chercher de possibles synonymes à mes répétitions, et j’ai regardé d’autres streams de QuakeWorld (en anglais cependant). Une partie de ma journée a vraiment été de comprendre comment combler les lacunes, en observant d’autres casteurs. C’est quelque chose de difficile, car on doit s’imaginer les dire, tout en s’entrainant dans des matchs test.

Vers la fin de journée, on m’a proposé de commenter un match assez fort et soudain sur DooM (Zandronum) : France contre Italie. Initialement en français et seul, j’ai du changer très vite de plan, résultant à un triple-casting (accompagné de Zakken et de TheSyldat), en anglais, afin de plaire à la communauté.

L’occasion a été parfaite pour moi, car j’ai pu montrer à un nombre un peu plus important de personnes (une moyenne de 20 personnes constamment sur un total de 100 personnes différentes) à quoi ressemblait un vrai match sur DooM, mixé à un client professionnel que j’ai pu réaliser durant mon temps libre, et un co-casteur ayant une bonne expérience sur le domaine.

J’ai très vite compris que lorsqu’un co-casteur est présent, la liberté de paroles est plus grande, et qui donne des dialogues dynamiques: comprendre la façon de jouer, expliquer aux nouveaux comment se joue Doom, les rôles, et les actions. Ça a été aussi une expérience de parler anglais plus régulièrement et de laisser la parole, même si j’ai fait énormément d’erreurs (dans le montage notamment), accompagné à un stress encore présent.

Voila mes premiers ressentis. J’irai poster dans peu de temps d’autres commentaires sur les futurs streams. En attendant, vous pouvez aller dans l’onglet Stream de ce site web, afin de pouvoir observer ma progression!

Streaming: 3 questions d’un novice

Impressions, Tutoriaux

J’adore travailler depuis peu sur le streaming. Lors de mes premiers streams en 2013, je me souviens avoir passer mon temps à essayer de le configurer, regarder si mon débit était suffisant, et surtout, vérifier si ma configuration PC était assez puissante.

A vrai dire, j’ai toujours rencontré des problèmes au fur et a mesure que je souhaitais stream. Je vais essayer de répondre à 3 questions qu’on se pose toujours lorsqu’on commence.

Streamer est très difficile, et requiert beaucoup d’argent et de temps!

 

Comment régler le débit et la qualité du stream?

Sans doute la partie la plus rebutante, mais aussi la plus importante. Sans ça, votre stream peut vite échouer.

Avant toute chose, avant de régler le débit du stream, il faudrait savoir quel est déjà votre débit maximal avec votre box/réseau.

Étant chez Free, j’ai toute l’information directement dans l’état de ma Freebox. Dans le cas contraire, vous pouvez essayer de savoir directement dans les paramètres de votre box, ou de votre ligne pour la plus part des cas.

Vous pouvez aller aussi sur speedtest.net faire le test sur une location PROCHE DE PARIS, bien que je trouve une petite différence de performances, mais cela reste utile pour avoir une estimation sur vos débits maximaux.

On va prendre chez moi pour exemple.

stats

speedtest

On peut voir que mon débit en upload est entre 3770Kpbs et 4166Kpbs, ce qui est plutôt élevé.

Après, tout dépend de quoi va être fait votre stream, et de la consommation en bande passante que votre réseau local utilise.

Si vous allez faire principalement du jeu en réseau (Jouer sur du CS:GO ou LoL), pensez à mettre jusqu’à 60% de votre bande passante, histoire d’avoir le ping le plus bas possible, tout en offrant une vision de votre jeu correcte aux autres.

Dans le cas contraire (Observer une game de CS:GO ou LoL, jouer un jeu en local, comme sur du retrogaming), vous pouvez mettre jusqu’à 75% de votre bande passante sans problème.

Comme je mixe les deux (mais commentant plus que je ne joue), j’ai décidé de mettre une bande passante aux alentours de 2000Kbps. Sauf que…

OBS_Specs

Il ne faut pas oublier une dernière chose qui est très importante. Le streaming se fait en 2 temps:

  1. Encoder le rendu que vous donnez en format x264/h264
  2. Envoyer ce rendu en temps réel sur les serveurs de streaming.

Votre machine doit de ce fait avoir des performances au niveau du CPU plus que suffisantes afin d’éviter ce que tout le monde rebute: des framedrops. Et je dis ca pour ceux qui veulent streamer en 1080p ou en 720p (permettant de garder votre confort visuel).

Autrement dit, n’espérez pas avec un i5 de streamer du 1080p en qualité maximale partout sur CSGO, mais prenez du plus puissant (du style i7 de votre génération ou plus). Vous allez sinon obtenir un framerate bas, à la fois pour vous et vos viewers.

Enfin, n’oubliez pas qu’il faut tester encore et encore, afin d’avoir le rendu que vous espérez avoir.

 

Comment rendre mon stream attractif?

Pour rendre votre stream attractif, il faut déjà se sentir prêt, et offrir un rendu correct, et concret. Ne pensez pas avoir énormément de viewers en une semaine (sauf si vous vous appelez twitchplayspokemon ). Ce qui va arriver va être un découragement assez rapide de votre projet.

De plus, n’espérez pas faire un giveaway d’un skin sur CS:GO ou LoL pour vous faire connaitre. Soit:

  • Les gens ne vont pas vous prendre au sérieux, et vous ignorer,
  • Les gens viennent pour le giveaway, attendent, et disparaissent quasi à la seconde qui suit, ou si c’est bien trop long. (Effet « Attention-wh**ing », et ça peut être fatal)

Au contraire, il faut analyser vos précédentes représentations. Qu’est ce que vous faites de mal? Qu’est ce que vous avez fait intéressant? Quand est-ce que votre stream a eu un pic de popularité? Qu’en pensent les autres? Avez-vous été social avec vos viewers, avec une voix confiante?

Un exemple d'une chaine sur twitch.

Un exemple d’une chaine sur twitch.

En parlant des autres, si vous avez des amis de confiance qui croient en vous, demandez leur un coup de main: soit en vous faisant de la publicité (publication sur les réseaux sociaux de votre stream), soit en vous aidant à administrer votre chat. Mieux, sous Twitch, vous pouvez leur demander de host votre chaine sur la leur, afin de rediriger leur public, et d’obtenir des viewers potentiels. Voici les commandes par ailleurs

/host [chaine] <– Pour rediriger votre chaine sur la leur
/unhost [chaine] <– Pour arrêter la redirection sur votre chaine.

Votre profil doit être aussi fait avec soin.

Si il est vide, les gens penseront que vous avez stream sans prétention, et ne reviendra pas sur votre chaine. Dans le cas contraire, on verra un streamer qui se veut être sérieux ET motivé.

Ma chaine par exemple

Ma chaine par exemple. Elle possède des images simples et cliquables.

 

D’ailleurs, Si vous désirez le summum, vous pouvez rendre le stream encore plus professionnel en y réalisant un layout, et en utilisant des outils tels que TwitchAlerts, ou Moobot.

 

Comment donner envie les nouveaux joueurs à jouer?

Cette question se pose aussi dans les tournois majeurs compétitifs, et surtout dans les « -Con » (QuakeCon, BlizzCon, …).

J’ai toujours vu ces événements majeurs comme une énorme source d’inspiration pour streamer de la compétition.

Imaginez: vous êtes un joueur et streamer compétitif sur DooM. Beaucoup de joueurs actuels ne connaissent pas Doom (ou seulement les variantes comme Brutal Doom). Pourtant, il y a un tournoi communautaire de Duel important que vous aimeriez mettre en valeur. Mais comment?

Tout d’abord, vous pouvez expliquer occasionnellement le jeu, le gameplay, ce qu’il donne envie pour qu’on souhaite y jouer (je donne la réponse: l’adrénaline!).

De plus, entre deux matchs (notamment en équipe), vous pouvez faire des previews de map, avec la particularité de celle-ci. Exemple en bas (Doom II en CTF):

Après, c’est votre travail en tant que shoutcaster qui reste important. Si vous montrez que vous avez du talent à commenter ces jeux, alors vous pouvez motiver un tas de joueurs.

En dehors des compétitions, vous pouvez réaliser régulièrement des soirées avec vos viewers sur le jeu en question. Cela vous rapprochera de la communauté, ET motivera les joueurs à y jouer de plus en plus.

 

J’espère que ces 3 réponses vous ont été utiles. Mais ce sont les questions qu’on se pose toujours quand on débute un stream. Et n’oubliez pas, quand vous faites le stream, la vedette, c’est VOUS.

QuakeWorld: ce qui va bientôt arriver

Impressions

Quake est un jeu totalement culte. C’est le tout premier jeu en vraie 3D (car DooM ou Wolfenstein 3D n’étaient que de la 3D isométrique, n’oublions pas). Il est aussi le vrai père des jeux compétitifs, LE jeu qui était violent, nerveux, stratégique, mental et surtout physique. Le jeu qui est rapide à comprendre, mais qui demande des années pour le maitriser. Autrement dit, un pur jeu d’élite.

Je pourrais commenter mon expérience sur Quake, en solo, et en multi, mais ca n’est aucunement le sujet. J’ai plutôt envie de parler des futurs évenements que QuakeWorld va recevoir. Et il y en a 2 qui sont très intéressants.

Thunderdome, Saison 6

Tout d’abord, la saison 6 de la Thunderdome, qui est un tournoi en 1 vs 1, crée par Quakephil. Cette fois, pas moins de 6 divisions sont proposées: du Pro à Rookie, en passant par la Div1, les advanced players, etc. Pas de Cashprize à la clé, mais cela reste une très bonne initiative, histoire que tout le monde puisse y participer.

Autre changement, l’ajout de bravadob5 dans le map pool. Une première! La map est grande, est technique, et se joue beaucoup sur l’effet de surprise grâce aux placements de trous un peu partout autour des points stratégiques (RA, YA, LG, et MH).

A noter que je vais y participer dans la section « rookie ».


 

QuakeCon 2016, le retour de QuakeWorld

En plus de la Thunderdome, La Quakecon 2016 va proposer, à l’instar de Doom, un tournoi en 2 vs 2 avec $25000 en cashprize! En effet, les 20 ans de Quake vont arriver, et Zenimax souhaite frapper fort. Et ils ont raison pour le jeu qui à vraiment donné naissance au sport électronique. (comparé aux pauvres $1000 pour Doom2…)

106766-qcon16

 

La liste des règles est disponible à cette adresse: http://www.quakecon.org/wp-content/uploads/2015/02/QuakeCon-2016-Quake-World-TDM-OPEN-Rules.pdf .

Le map pool est classique, avec Aerowalk, DM2, DM4, DM6, et ZTNDM3.

Et à première vue, ils mettent en valeur les solutions open-sources venant de la communauté (MVDSV+KTX). Et c’est un grand plus.

Concernant les clients, aucune restriction ne semble être donnée TANT que les teamsays automatiques, les scripts de mouvements, ou le teaminfo ne sont pas utilisés, laissant une flexibilité correcte aux joueurs. Ce qui veut ainsi dire que les commandes du style « +rl » / « +gl » / « +sng » sont autorisés.

eZQuake en mode 3.0

eZQuake est connu comme étant le port le plus complet sur Quake, proposant une possibilité de customiser son client jusqu’aux limites du possible. Il est proposé dans le package nQuake, solution gratuite permettant de jouer à QuakeWorld (les maps sont désormais libres d’usage, et les icones/modèles ont été remaniés).

Une version 3.0 est en beta-testing sur les forums de Quakeworld.nu, et une version stable est très proche de sa sortie, selon dimman.

Il proposera des correctifs au niveau du fov, une meilleure stabilité avec Windows 10, Linux et MacOSX, et surtout une meilleure optimisation des performances.

Un lien avec les nightly est disponible ici: http://uttergrottan.localghost.net/ezquake/dev/nightlybuilds/

Quake, les streams, et moi

Étant donné que je peux désormais streamer sans trop de restrictions, cela me motive de plus en plus à me lancer dans les commentaires de matchs en français. J’ai réalisé mon HUD (basé sur celui par défaut d’ezQuake), que vous pouvez voir en dessous.

sX2ZF16

Les streams se porteront sur les 1vs1, les 4vs4, et mes propres parties.

D’ailleurs, afin de faciliter la visibilité de mes actions, vous pouvez trouver une page menant directement vers mon stream, en haut de la page.